« Je n’ai jamais eu l’intention de choquer qui que ce soit… »

Depuis ce dimanche 23 mai Marc Duez, qui officiait en qualité de consultant aux côtés de Gaëtan Vigneron, fait l’objet de multiples commentaires, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans certains médias.

N’ayant guère pour habitude de se soucier des commentaires postés sur Facebook, Twitter et autres modes de diffusion dans l’air du temps, Marc Duez tient néanmoins à livrer une version officielle dès l’instant où ses propos ont parfois été déformés, de quoi entraîner des commentaires biaisés.

Lors de la séquence du 78ème Grand Prix de Monaco mettant en évidence la présence de la championne de tennis Serena Williams, Marc Duez, fidèle à un humour connu et apprécié de ses proches, a émis des commentaires qu’il tient à expliquer…

  • « Serena Williams va agiter autre chose que ce qu’elle a l’habitude d’agiter. » Commentaire à prendre évidemment au deuxième degré – chacun restant libre d’interpréter à sa manière –, dit sur le ton de l’humour, signalant que l’Américaine a exceptionnellement échangé sa raquette de tennis contre un drapeau à damier.
  • « Ta copine est moche », et non « Sa copine est moche » : expression populaire renvoyant à la personne initiale, en l’occurrence ici Serena Williams, mettant en exergue le caractère séduisant de celle-ci. Il n’est donc ici nullement question de se moquer d’une autre personne, mais bien d’émettre un commentaire flatteur au sujet de la championne de tennis.
  • « Elle devrait s’inscrire à un stage de majorettes à Charleroi ». Commentaire renvoyant, toujours sur le ton de l’humour, à la manière ‘inhabituelle’ dont Serena Williams a agité le drapeau à damier à la fin du Grand Prix.

Face à la multiplication des commentaires, que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans la presse, Marc Duez tient à préciser la chose suivante : « Jamais, durant cette retransmission du Grand Prix de Monaco, je n’ai eu l’intention de dire du mal ou de me moquer de qui que ce soit. Si certaines personnes ont pu se sentir blessées par mes propos, dits sur le ton de l’humour, je tiens à leur présenter mes excuses. Je ne suis pas journaliste professionnel, ce qui signifie que j’ai réagi spontanément à certaines images proposées par la réalisation du Grand Prix. Comme le veut la tradition à Monaco, la présence de personnalités est mise en exergue à des moments où la course connait un déroulement stable, ce qui m’a inspiré certaines remarques, je le répète, sur le ton de l’humour. »

Par ailleurs, Marc Duez tient à préciser que sa présence ce dimanche en qualité de consultant de Gaëtan Vigneron, sur les antennes de la RTBF, n’était nullement contractuelle ni rémunérée. Ce qui signifie par conséquent qu’il ne peut être question d’une quelconque suspension, dès l’instant où aucun lien contractuel n’existe entre les deux parties.

En guise de conclusion, Marc Duez se refusera désormais à tout autre commentaire sur le sujet, demandant – notamment aux médias – de respecter, sans les déformer, les termes qu’il a effectivement utilisés au cours de cette retransmission du Grand Prix de Monaco.



Catégories :divers

%d blogueurs aiment cette page :